-> Lire un extrait

MÉMOIRE EN FUITE

Après avoir rédigé plusieurs nouvelles à suspense, je me suis lancée dans l'écriture de ce roman, un thriller. L'idée de base était simple, et un peu tordue, comme souvent : comment un hypermnésique devenu amnésique réagirait-il ?

A partir de cette base, j'ai construit une histoire à "tiroirs temporels" : que se passe-t-il pour notre héros aujourd'hui ? Que s'est-il passé vingt ans plus tôt ? Les événements auxquels il est confronté aujourd'hui le ramènent à sa propre histoire, son enfance...

Je voulais un thriller à suspense, des rebondissements, des personnages attachants, avec un passé et un caractère bien affirmé.

Commentaires de bêta-lecteurs

Votre manuscrit est une merveille. Vous savez tenir en haleine le lecteur, et l'histoire est géniale. J'espère qu'un éditeur appréciera votre écriture.

Manou

Cette histoire se lit très bien, et l'intrigue est bonne. Félicitations.

Claude

UN HYPERMNÉSIQUE AMNÉSIQUE

Lorsqu'il se réveille à l'hôpital, notre héros ne sait plus qui il est. Victime d'une amnésie, et d'une tentative de meurtre dans la même journée, ça fait beaucoup ! Sa seule solution : rechercher son identité, et découvrir qui tente de l'assassiner.

Cette recherche le conduira loin de sa Corse natale, pour le ramener au commencement. Au fil de cette quête, il prendra conscience qu'il est hypermnésique. Mais il découvrira aussi que sa propre vie ne lui appartient peut-être pas.

EXTRAIT

PROLOGUE

Bonjour, je m’appelle Giulia Graziani. Je suis la fille de Tony Graziani, l’un des membres les plus redoutés de la mafia corse. Enfin, je suis sa fille adoptive, même s’il n’a jamais voulu le reconnaître. Car voyez-vous, je suis métisse. Autant vous dire que c’est plutôt rare en Corse. Et pourtant, tout le monde m’adore, y compris mes camarades d’école. On se demande bien pourquoi...

Si je vous envoie ce MP aujourd’hui, c’est parce que je souhaiterais vous embaucher.

Je vous en supplie monsieur Ribano, aidez-moi ! Vous êtes mon dernier espoir…

CHAPITRE 1

mercredi 15 mai 2030 - 10 h

« Oh ! Ma tête ! »

J’avais l’impression qu’un troll m’avait tapé sur la caboche avec son gourdin. Le son mat du bois qui s’écrasait sur ma boîte crânienne me parvenait avec une parfaite clarté, avant de se réverbérer, tel un écho sans fin.

Mes deux mains de chaque côté de ma tête, je tentais de boucher mes oreilles, espérant que le résonnement provenait de l’extérieur, mais ce n’était apparemment pas le cas.

Sonné par ces bruits et une fatigue immense, impuissant à retenir mes bras en l’air, ne serait-ce qu’une seconde supplémentaire, je les laissai aller à leurs guises, redoutant le claquement de mes paumes sur un revêtement dur et froid.

Pourtant, c’est sur une surface douce que mes mains retombèrent, mollement. Je baissai la tête et constatai que j’étais allongé dans un lit, recouvert de blanc.

Autour de moi, des murs blancs, un sol blanc, seul le ciel que je voyais par la fenêtre apportait une touche de couleur dans ce paysage triste et monotone. Le soleil, qui tapait au carreau, semblait m’inviter à venir à sa rencontre. Des brumes de chaleur se pressaient à la vitre.

« Mais où suis-je ? »

Je cherchai du regard la porte d’entrée. Lorsque je l’eus trouvée, je tentai d’extraire une première jambe de ma couche, puis la deuxième. J’avançai péniblement mon postérieur au bord du lit, avec la ferme intention de l’en sortir. Je m’élançai. Sur le coup, cela me sembla indispensable pour atteindre l’ambitieux objectif que je m’étais fixé : me lever.

Néanmoins, je me rendis compte, en l’espace d’une fraction de seconde, que c’était une très mauvaise idée.

Mon corps resta suspendu dans les airs un instant, attendant que mes jambes prennent le relais, ce qu’elles refusèrent. Et je m’étendis de tout mon long, bruyamment, douloureusement.
.........

Catégories : Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.