Couverture

 

 

-> Lire un extrait 

 Auteur : Marc S. Masse

 Éditeur : Flamant noir

 Genre : Thriller

 Année : 2018

 ISBN : 9791093363493


Eric Milan est un ancien policier, quitté par sa femme, devenu détective privé. Il est contacté par un homme au comble du désespoir : son fils a été victime d’un accident de voiture, et la police n’a jamais abouti dans cette enquête. Son client a toutes les raisons de penser que le meurtrier est un trailer, inscrit au Grand Cross, une course qui se déroule 9 mois plus tard, sur 5 jours, et plusieurs centaines de kilomètres. Le commanditaire demande à Eric, ancien sportif dans son jeune temps, de se mêler aux coureurs pour identifier l’assassin de son fils.

Marc S. Masse est un français, né à Lyon. Diplômé d’une business school, il travaille de nombreuses années sur la négociation de grands projets, et dans le management, au service de multi nationales en ingénierie. Ces missions l’ont conduit aux quatre coins du globe, dans des contrées et des situations pas toujours paisibles : la Libye, l’Irak… « Cross » est son septième roman.

 

Une intrigue originale et un cadre méconnu pour une lecture divertissante

Dès les premières pages, l’histoire interroge. L’accident de voiture, narré en prologue, et cette curieuse demande, d’un père en quête de vengeance, ne laisse pas indifférent. L’intrigue se révélera à la hauteur de ce début prometteur. Si le coupable peut être identifié avant la grande scène explicative, le nœud de cette histoire n’en sera pas moins intriguant et intéressant. Le cadre aussi est original : celui d’une course, inventée de toute pièce, pour les besoins du livre.

On aurait, en revanche, aimé disposé de plus de détails sur l’organisation du Grand Cross, de plus de précisions sur le lieu où il se déroule… Cela aurait sans doute permis de se concentrer sur l’environnement, d’être d’autant plus porté par le récit, et moins libre de se concentrer sur la résolution de cette énigme, pour être véritablement cueilli par la révélation du nom du coupable.

La fin est un nouveau rebondissement inattendu, mêlant justice et irréalisme si finement, qu’on se demande encore ce qui est vrai, et ce qui ne l’est pas.

Sur la forme, l’écriture est efficace. Les chapitres courts maintiennent l’attention du lecteur de bout en bout, et offre une lecture plaisir et dépaysante.

Une intrigue originale qui emporte le lecteur au fil des pas cadencés, de la souffrance et des obstacles rencontrés par le héros, avant un dénouement moral et plein de rêves.

Vocabulaire

Quelques mots de vocabulaire lus dans CROSS et présentés dans la catégorie Vocabulaire.

PALABREINANITÉ
ÉLUCUBRATION

Extrait

"- L'accident s'est produit un dimanche, en rase campagne, dans un coin perdu. Il n'y a pas d'agglomérations importantes à moins de 100 kilomètres. Il était 8h00 du matin, trop tôt pour aller déjeuner chez des amis ou en famille, ou encore pour se rendre à la messe. Il était pressé et conduisait trop vite pour quelqu'un qui habite la région. Va-t-on acheter le pain à cette allure ?

- Où se rendait ce type ?

- Je me suis posé la question. Oui, je vous vois hocher la tête, il existe beaucoup d'autres hypothèses pensez-vous. Il pouvait aller n'importe où, à Paris ou Angoulême ou prendre le ferry à Marseille ou l'avion à Bruxelles. Je n'ai pas vérifié tous les horaires, je n'écarte pas ces possibilités, mais tout de même, ça représente de grandes distances ! J'ai songé à une explication plus simple : quel événement y avait-il ce jour-là dans les environs ? Et j'en ai trouvé un qui cadre très bien.

Même si je restais sceptique, il avait fini par éveiller ma curiosité.

- Lequel ?

- Une course à pied. Et pas n'importe laquelle, une de ces épreuves extrêmes, des trails d'après ce que j'ai appris. Le départ avait lieu à 9h00 à moins de 20 kilomètres du lieu de l'accident. Souvenez-vous que ce type conduisait à très vive allure, selon moi il était en retard. Il voulait avoir le temps de se préparer, j'imagine qu'on ne part pas dans ce genre de compétition à la dernière minute, on s'échauffe avant. J'ai exposé ça à la police. En interrogeant les organisateurs, en se procurant la liste des engagés, on pouvait tenter de savoir qui était venu en Mercedes. Il ne devait pas y avoir des foules de suspects.

- Et alors ? "


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.